Rechercher
  • auseindenous

Sexualité et allaitement

Après l'accouchement, la baisse d'oestrogène et de progestérone peut entrainer une baisse importante du désir sexuel. Et la prolactine sécrétée en abondance lorsqu'on allaite son bébé peut aussi bloquer l'instinct de reproduction pour pousser la mère à s'occuper de son petit. Enfin, la mère va sécréter beaucoup d'ocytocine en présence de son bébé ce qui va renforcer son besoin d'être fusionnelle avec lui.


On comprend qu'en général, l'allaitement peut donc diminuer l'intérêt pour la sexualité (même si parfois, pour certaines femmes, l'ocytocine va aussi renforcer le lien avec le conjoint). D'autres critères que les hormones rentrent en compte : l'impact de la vision de la société et de notre propre vision sur les seins qui sont très érogénéisés (ce qui entraîne la croyance que soit une femme allaite soit elle a une vie sexuelle mais pas les 2!), l'épanouissement sexuel du couple avant l'allaitement, la fatigue... L'important va être la communication dans le couple et l'écoute de nos propres besoins. Cela va permettre d'adapter la sexualité à cette période. Peut être augmenter ou diminuer la stimulation des seins selon l'envie de chacune. Peut-être demander au partenaire d'être plus proactif, de chercher à provoquer des moments d'intimité. En effet, si le partenaire ne prend pas le relais et est dans le ressentiment de ne plus voir sa femme venir vers lui, le couple risque de perdre le lien.


De son côté, la mère peut avoir l'impression que son corps ne lui appartient plus, qu'elle n'est plus un être sexuel désirant et désirable. Il est donc important de prendre le temps petit à petit de se connecter à sa féminité, pour ne pas se sentir que mère. Mais chacune son rythme ! Pas de pression ! Et si c'est difficile, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner.


Merci à Manon sexologue et auteure du compte @sexualite_et_maternite pour l’écriture de ce post.




4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout